• Minelli, la souris trop petite.

     

    Prénoms

    Minelli était déjà debout. C’était un jour exceptionnel. Son premier jour d’école ! Un délicieux petit déjeuner l’attendait. Elle avala rapidement son bol de lait et dévora son gruyère.

    «  - Doucement ma chérie ! Tu es bien pressée ! » lui dit sa maman. Minelli avait hâte d’aller à l’école.

                La cour de l’école grouillait de monde. Beaucoup de souriceaux jouaient en attendant la sonnerie. Minelli ne connaissait personne et elle était certainement la plus jeune de tous.

                Quand la sonnerie retentit, tous entrèrent en classe. La maîtresse laissa tout le monde s’asseoir avant de présenter Minelli.

    « - Voici Minelli qui rejoint notre classe aujourd’hui. Soyez gentil avec elle. » Tous les regards étaient braqués sur elle. Minelli était embarrassée. Elle rougit.

                A la récréation, elle était assise dans un coin quand deux souriceaux lui crièrent :

    « - Eh la nouvelle ! Tu n’as pas mangé beaucoup de soupe !

    -          Mais non, c’est une naine ! répondit un autre. Elle ne grandira pas ! »

    Tous deux se moquèrent ainsi de Minelli. Attristée, elle courra jusqu’aux toilettes et s’y enferma, en pleurs.

    « - Qu’ils sont méchants ! se dit-elle. Pourquoi se moquent-ils de moi ? Je ne suis pas si petite ! »

    Mais quand elle essaya de se regarder dans le miroir, elle s’aperçut qu’elle ne voyait que le haut de ses oreilles. Non seulement elle était la plus jeune mais aussi la plus petite !

                Le soir, à la maison, elle s’installa devant la fenêtre de sa chambre, se disant que jamais elle n’aurait d’amis car elle était trop petite. Elle observait la mer au loin quand elle eut une idée. Elle décida d’écrire une lettre, de la mettre dans une bouteille et de la jeter à la mer. Elle prit la plus grande feuille qu’elle avait et écrivit : « Bonjour, je m’appelle Minelli. Je cherche une amie. Minelli, 20 rue des Gruyères à Sourijoie. »

     Elle se souvenait avoir vu une grande bouteille abandonnée sur la plage. Quand elle la trouva, elle y enferma sa lettre immense et attendit que la marée haute l’emmène.

                Trois jours plus tard, une surprise l’attendait à son retour de l’école.

    « - Minelli, lui dit sa mère, le facteur a amené une lettre pour toi. Mais elle est dans le jardin… »

    Elle y suivit sa mère et découvrit une gigantesque enveloppe à son nom !

    « - Pourquoi un humain t’écrit-il ? lui demanda sa mère.

    Minelli fut bien obligé de tout lui raconter. Sa maman était triste pour elle mais elle lui promit de l’aider. Ensemble, elles ouvrirent la lettre :

    « Bonjour Minelli. Je m’appelle Alicia. J’ai trouvé ta lettre. Je veux bien être ton amie. Je vais à l’école. Je suis en CE1. J’aime me promener sur la plage et ramasser les coquillages. Et toi ? Ecris-moi.

    Alicia, 4 rue du Port à Plageville.

    PS : Où se trouve Sourijoie ? »

    Minelli était vraiment heureuse d’avoir trouvé une amie. Avec l’aide de sa mère, elle s’empressa de lui répondre :

    « - Chère Alicia. Je suis heureuse d’avoir reçu ta lettre. Je suis en CP. Moi aussi j’aime me promener sur la plage mais j’aime aussi dessiner la mer. Et toi ? Sourijoie est un village si petit que tu ne peux pas le connaître. A bientôt, Minelli. »

    Alicia et Minelli s’écrivaient toutes les semaines. Mais un jour, Minelli lu ces quelques mots : « J’aimerai qu’on se rencontre. J’ai demandé à ma maîtresse et elle a dit que tu peux passer une journée d’école avec nous. Quand viens-tu ? »

    Minelli regarda sa maman d’un air triste et dit :

    « - Mais elle ne sait pas que je suis une souris ! Je suis si petite… Si je n’y vais pas, elle ne voudra plus de moi comme amie.

    -          Tu devrais peut-être lui dire la vérité, lui expliqua sa mère. »

    Mais Minelli n’avait pas envie de lui dire qu’elle n’était qu’une toute petite souris. Il n’y avait qu’une seule solution, elle devait grandir. Mais comment ? Soudain, elle se souvint d’un livre que possédait sa mère. Elle se précipita dans la bibliothèque et se mit à feuilleter un livre sur les champignons. Elle trouva l’image qu’elle cherchait. C’était un gros champignon marron avec des tâches rouge. Elle se souvint des paroles de sa mère : « C’est un champignon spécial. Si tu en manges un morceau, tu grandis si vite que tu peux atteindre la taille d’un humain. »

    Le lendemain matin, Minelli partit à la recherche de ce champignon. Quant elle le trouva, elle en mangea un morceau. Elle sentit des fourmillements dans tout le corps. Elle grandissait ! Elle vit l’herbe et les fleurs rétrécir. Elle était très grande maintenant ! Heureuse, elle suivit le chemin des humains qui allait l’amener au village. Elle arriva aux abords des maisons quand elle se rappela qu’elle était une souris. Elle devait cacher ses grandes oreilles, son long museau et sa queue ! Elle trouva dans un jardin, un drap qui séchait. Elle l’emprunta pour se couvrir les oreilles et le museau. Elle cacha soigneusement sa queue en dessous de sa robe et se dirigea vers l’école d’Alicia. Quand elle entra dans la cour, tout le monde se retourna vers elle, se demandant qui elle était. Elle demanda où était Alicia. Un petit garçon lui désigna une petite fille blonde qui jouait à la marelle.

    «  - Alicia ! cria Minelli. »

    Alicia se retourna.

    « - Je suis Minelli ! »

    Un grand sourire égaya le visage d’Alicia.

    « - Tu as pu venir Minelli ! C’est formidable ! Mais pourquoi est-tu caché ?

    -          Je suis un peu malade, il faut que je fasse attention aux courants d’air.

    -          Ah ! Viens ! Je vais te présenter mes amis. »

    Minelli passa une merveilleuse journée auprès d’Alicia, sa meilleure amie. Mais, à la récréation de l’après-midi, deux garçons s’approchèrent d’elle en se moquant :

    « - Minelli ! Pourquoi tu te caches ? T’es si laide que ça ?

    -          Oh oui ! Elle soit avoir des boutons de sorcière ! »

    Décidément, où qu’elle aille, quoiqu’elle fasse, on se moquait toujours d’elle ! Mais les deux vilains garçons ne s’arrêtèrent pas aux moqueries. Ils attrapèrent un bout du drap qui recouvrait Minelli et tirèrent dessus. Le drap tomba et découvrit le visage de Minelli, celui d’une souris géante ! Tout le monde cria de peur : « Un monstre ! » et Minelli s’enfuit dans le bois tout proche. Mais Alicia la suivit. Elle retrouva Minelli, assise sur un rocher, qui pleurait.

    « - Tu sais Minelli, ça m’est égal que tu sois une souris, tu es ma meilleure amie. »

    Minelli, rassurée, prit Alicia dans ses bras.

    « - J’avais si peur que tu ne m’aimes plus ! Tu comprends, dans mon école, on se moque de moi parce que je suis petite et ici, bien que je sois grande, on a peur de moi parce que je suis une souris ! »

    Alicia écouta Minelli, c’était une vraie amie ! Elle lui promit de toujours le rester.

    Depuis ce jour, bien que Minelli ait retrouvé sa taille de petite souris, Alicia et elle sont les meilleures amies du monde. Alicia est venue à la sortie de l’école de Minelli et a grondé les souriceaux qui se moquaient de la taille de Minelli.

    « Si vous l’embêtez, je m’occupe de vous ! leur dit-elle. »

    Ils eurent très peur et devinrent très gentil avec Minelli.

     

    De Lina Carmen


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :